Finale de la coupe Davis, Championnats d’Europe de Handball Féminin, Finale du Top 14 … Depuis sa sélection pour l’organisation des jeux olympiques, la France est le lieu de toutes les finales.

L’équitation n’est pas en reste puisque la Finale de la Coupe du Monde aura lieu à Paris Bercy.
L’enceinte de l’AccorHotel Arena accueillera, du 11 au 15 avril 2018, les meilleurs couples de jumping et de dressage du monde. Les finales de ces deux disciplines marqueront la fin de la saison indoor et sacreront les meilleurs couples indoor de l’année en obstacle et en dressage.
Le coup d’envoi de la 35ème édition de la coupe du monde à était lancé du 12 au 15 octobre 2017 à Oslo. Tous les meilleurs couples se dépassent aux quatre coins du monde, dans les plus beaux terrains indoors afin d’engranger des points pour pouvoir participer à la final. En obstacle ce sont 40 couples qui seront sélectionnés, ceux ayant gagné le plus de points après les 13 étapes de qualifications. Aujourd’hui il reste Maline (26-30 Décembre 2017), Leipzig (18-21 Janvier 2018), Zurich (26-28 Janvier 2018), Bordeaux (1-4 Février 2018) et Goteborg (21-25 Février 2018) pour
faire basculer le classement. Ce classement est différent du classement mondial (Longines World Ranking), il intervient uniquement pour le circuit indoor. L’évènement se déroule en 3 épreuves, et contrairement aux autres championnats, les cavaliers peuvent monter deux chevaux lors de la finale de la Coupe du Monde. Le cavalier peut choisir un cheval rapide pour la 1ère épreuve et son meilleur cheval de Grand Prix dans les deux suivantes (Par exemple, l’Allemand Marcus Ehning a remporté la finale en choisissant cette option en 2010 à Genève (Suisse) avec sa jument Küchengirl et son étalon Plot Blue).
Arrivé à la moitié des épreuves de sélections, il est temps de faire un point sur nos cartes tricolores.
D’abord, le pilier de l’équipe de France, Kevin Staut, sera bien-sur présent puisqu’il est en tête de liste avec 50 points (à égalité avec l’Australienne Edwina Tops Alexander). Au vu de son talent et de ses nombreuses performances avec l’équipe de France, il est bien entendu le tricolore le mieux placé pour remporter cette finale. Après sa victoire au Top 10 de Genève, il est au meilleur de sa forme pour briller devant son public.
Ensuite, à la 9ème place, Simon Delestre est une très bonne cartouche pour notre pays.
Avec son piquet de chevaux plus incroyables les uns que les autres comme Chesall, Chadino, Qlassic Bois Margot, ou encore le merveilleux alezan Hermes Ryan. Il a toute les chances de victoire.
En 11ème, le patriarche, l’ainée (et pourtant pas le plus sage ! ) de l’équipe de France surnommé le cavalier le plus rapide au monde : Roger Yves Bost. Il est un cavalier redoutable, habitué depuis plus de 40 ans au concours internationaux. Il sait gérer la pression des grandes échéances et peut pulvériser des chronomètres.
Enfin Julien Epaillard trône a la 15ème place avec 28 points, il est l’un des outsider de cette liste tricolore, cependant il n’a rien démérité au vu des beaux résultats qu’il a pu faire cette année.
Comme à Londres, ce cavalier n’a rien a perdre et peut tout à fait créer la surprise.
C’est un réel plaisir pour tout les cavaliers Français de revoir une final de coupe du monde à Paris puisque les dernières remontent à1987 pour l’obstacle et 1991 pour le dressage, néanmoins Lyon a accueillit en 2009 la coupe du monde d’obstacle uniquement. Cette finale sur le sol français est une réelle chance d’obtenir une nouvelle victoire, puisque la finale de la coupe du monde n’a été remportée par un français qu’à une seule reprise a Milan en 2004, on doit cette victoire à Bruno Broucqsault.

Cependant les français ne sont jamais loin de la victoire :

  • 1985 (Berlin)
  • 1988 (Goteborg) – 1990 (Dortmund) : Pierre Durant et Jappeloup 3ème,2ème,
    2ème
  • 1987 (Paris) : Phillipe Rozier et Jiva 2ème
  • 1991 (Goteborg) : Roger Yves Bost et Norton de Rhyus 3ème
  • 2013 (Goteborg) : Kevin Staut et Silvana HDC 3ème
  • 2015 (Las Vegas) : Pénélope Leprevost et Vagabon de la pomme 2ème

Presque 15 ans après, le public Français peut-il imaginer voir un cavalier tricolore au plus haut du podium ?
Au vu des cartouches Française qualifiés, de la bonne forme qu’ils ont démontrés (Victoire de Roger Yves Bost a Madrid, de Kevin Staut à Genève, de Julien Epaillard a Londres) et des encouragements de leur public qui les accompagnerons en masse, il n’est pas fou d’imaginer la marseillaise résonner dans l’enceinte de l’AccorHotel Arena …

Réponse en image du 11 au 15 avril 2018.

Pauline Delcamp

Laisser un commentaire