Sur sa lancée du Tour de France dont il est reparti avec 2 victoires d’étapes et le maillot à pois de meilleur grimpeur, Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors) a remporté samedi la Clasica San Sebastian. Le Français a devancé dans un sprint à deux Bauke Mollema (Trek Segafredo), tandis que le champion de France Anthony Roux (Groupama-FDJ) a pris la 3e place.

Malgré un parcours long de 229 kilomètres, on ne retiendra que le final, tout d’abord marqué par une terrible chute, à 20km du terme. Cette chute massive a mis deux cadors hors-jeu, Egan Bernal (Sky) et Mikel Landa (Movistar). Le premier très sévèrement touché au visage et souffre d’un « traumatisme cranio-encéphalique avec possibilité de fracture maxillaire, perte de dents et blessure à la lèvre supérieure » d’après les médecins de la Sky. Landa lui, a été victime d’une fracture d’une vertèbre lombaire et sa participation au Tour d’Espagne est compromise.

Comme souvent, tout s’est décidé dans Murgil Tontorra (1,8 km à 11,3% de moyenne et avec des passages à plus de 18%). Dans les dernières rampes de cette bosse, Julian Alaphilippe a placé une banderille afin de rejoindre Bauke Mollema. Une fois ensemble, les deux coureurs ont parfaitement collaboré pour maintenir à distance le groupe qui les précédait, dans lequel figurait notamment Greg Van Avermaet (BMC) et Ion Izagirre (Bahrain-Merida). Serein, le coureur de la Quick-Step Floors a attendu les 150 derniers mètres pour déclencher son sprint et dominer sans difficulté un habitué de l’épreuve (3e l’an passé et vainqueur en 2016). Derrière, Anthony Roux (Groupama-FDJ) a réglé le sprint des poursuivants. Les tricolores ont marqué de leur empreinte cette 38e édition de la Clasica San Sebastian, Julian Alaphilippe lui confirme et décroche un 8e succès cette saison (sur 14 en carrière) !

Lucas Rathje

Laisser un commentaire