Il existe des courses qui dépassent l’entendement, qui semblent vouloir élever une poignée de coureurs au-dessus du commun des mortels en les poussant à des sacrifices surhumains. Le Triple Ultra Triathlon fait partie de ces chemins de croix.

Un ironman (3,8 km de natation, 180,2 km de cyclisme et 42, 195 km de course à pied en une course) c’est l’accomplissement d’une vie pour la plupart des sportifs de haut-niveau. S’aligner au départ d’une course proposant de tripler ces trois distances est donc soit un signe de courage, soit d’inconscience. Car simplement achever les 11,4 km de natation, les 540 km de cyclisme et les 126, 62 km de course à pied qui s’élèvent face à ces athlètes est une performance dantesque.

Le polonais Robert Karas a fait de cette discipline une spécialité et ses heures d’entrainement à explorer les tréfonds de ses capacités physiques et mentales ont porté leurs fruits lors de la 27ème édition de cette course mythique. En plus de triompher et d’ajouter son nom à la liste des glorieux vainqueurs, il a surclassé l’ancien record du monde détenu par Luis Wildpanner depuis 2003. En bouclant les 228 longueurs de bassin olympique, les 46 boucles de 11, 74 km de vélo et les 96 tours de piste de 1,319 km en 30 heures, 48 minutes et 57 secondes, il améliore de presque une heure un record que certains pensaient éternel.

Une performance d’anthologie d’un athlète qui siègera donc dans l’histoire de sa discipline pour longtemps.

Tom Dépériers

Laisser un commentaire