Quelque soit le niveau de pratique, de débutant au coureur de coupe du monde, cet élément technique est essentiel dans la réussite d’un virage.

Si il parait assez évident qu’un skieur est parfaitement équilibré sur un terrain plat, il n’en est malheureusement pas de même quand la pente devient plus raide.

L’objectif du skieur doit être une position perpendiculaire à la ligne de pente, sur la longueur du virage. Le défaut principal d’une majorité de skieurs est un déséquilibre arrière, avec un appui dans la chaussure de la partie basse du mollet et non pas un maintien du tibia sur la languette.

Les conséquences de ce déséquilibre arrière engendre une fatigue importante des quadriceps.

Pour le skieur de compétition le risque peut être beaucoup plus grave avec usure ou rupture des ligaments croisés du genou.

Pour tous ces skieurs l’équilibre centré au milieu du ski permettra une meilleure utilisation du matériel, une fatigue largement retardée et des performances optimales.

Une solution pour atteindre cet objectif, réduire sensiblement sa vitesse et se forcer à maintenir une pression constante sur la partie avant du ski par le biais de l’effet du tibia sur la languette de la chaussure.

Nolan MERMOZ

Laisser un commentaire