Sans coureurs de classiques l’équipe australienne est passée à coté de sa saison dans l’exercice des courses d’un jour notamment sur les flandriennes. Elle a pu construire sa saison sur les Grands Tours où elle a excellé par l’intermédiaire de Simon Yates, vainqueur de la Vuelta. Il a été un acteur majeur du Giro et est passé tout près d’aller s’adjuger le maillot rose mais une terrible défaillance lui aura enlevé l’espoir d’aller chercher son premier grand tour au mois de mai.

Le top : Simon Yates 

Si le britannique avait remporté le vélo d’or cette saison, cela n’aurait pas été un scandale tant il a joué les premiers rôles cette saison. Très régulier et en vu tout au long de la saison, il a remporté le classement UCI World Tour devant un certain Peter Sagan. 2e de Paris-Nice avec une victoire d’étape, 4e du Tour de Catalogne en remportant également une victoire dans les rues de Barcelone, 2e du Tour de Pologne en remportant aussi une étape. Il a obtenu la consécration en remportant avec brio la Vuelta qu’il a couru à la perfection. Il a à la fois couru avec sa tête et ses jambes pour s’adjuger son premier grand Tour bonifié par une belle victoire obtenue au sommet de Les Praeres Nava. En ne vous disant que cela, la saison du meilleur jeune du Tour de France 2016 est parfaite pourtant il a connu une terrible désillusion au mois de mai sur le Giro. 3 victoires d’étape et 2 premières semaines parfaites l’avaient placé dans des conditions idéales pour ramener le maillot rose à Rome. Mais la 3e semaine lui aura été fatale, enfin l’étape du Finestre. Alors que l’on avait même pas atteint les pentes non-asphaltées du Finestre, il a connu une défaillance terrible le faisant terminer dans le Gruppetto. Même chose le lendemain, le britannique était fatigué, il avait sûrement trop donné les 2 premières semaines. Il finira tout de même le Giro … mais hors du top 20. Qu’importe il a appris de ses erreurs pour aller remporter quelques mois plus tard le Tour d’Espagne.

Le flop : Caleb Ewan 

Le petit australien comptabilise 29 victoires depuis ses débuts chez les professionnels en 2014, il n’a connu que la formation australienne. Considéré comme un des futurs grands du sprint, il avait tout pour être la tête d’affiche de son équipe mais l’histoire d’amour a pris fin cette saison. 3 petites victoires seulement soit son pire bilan chez les professionnels. Il avait pourtant bien commencé l’exercice 2018 en remportant une étape sur son tour national ainsi que la classique d’Almeria. Il avait également terminé 2e de Milan-Sanremo. Après ça, l’australien est passé à coté de sa saison en terminant moins de 9 fois sur le podium et en ne remportant qu’une étape du Tour de Grande-Bretagne. Il avait l’objectif de participer à son premier Tour et ses résultats de début de saison laissaient présager qu’il jouerait les premiers rôles sur les arrivées groupées mais la formation australienne a fait le choix de ne pas le sélectionner et de tout miser sur Adam Yates. Sans faire scandale mais avec beaucoup de rancoeur envers son équipe de coureur, il a décidé de plier bagage pour rejoindre la Lotto-Soudal la saison prochaine.

La stat : 17

Comme la Bora, l’équipe australienne aime briller en Word Tour, ainsi 17 de ses 37 victoires ont été remporté sur des courses World Tour dont 5 sur le Giro.

Depres Nicolas

Laisser un commentaire