Le Tour de France c’est aussi la Bretagne. Terre de cyclisme, les Bretons en sont fiers et ils ont le plaisir de voir une équipe les représenter. Nous avons donc décider de vous faire vivre dès aujourd’hui le Tour de la Fortunéo-Samsic dirigée par Emmanuel Hubert et emmenée par Warren Barguil alias « Wawa » !

Après une première partie de saison plus que décevante, ils ont à cœur de se rattraper, et cela passe avant tout par un bon Tour de France.

L’équipe bretonne quittait ses terres aujourd’hui, lors des 231 kilomètres reliant Fougères à Chartres. Offensive depuis la première étape, un maillot blanc et vert était attendu pour ouvrir la route. Après avoir laissé partir seul Yoann Offredo, qui se fera reprendre tôt dans l’étape, c’est Laurent Pichon qui va se montrer. Le Quimpérois, déjà à l’attaque hier, va tenter sa chance seul, une échappée qui ne se sera pas avérer décisive. Le prix de la combativité est venu récompenser son effort, une récompense qu’il savoure. Le coureur de 31 ans est revenu sur son étape dans un communiqué de sa formation :

« C’est vrai que l’étape était longue, mais nous devons passer par là si nous voulons faire le tour de la France. Ce matin, je n’avais pas prévu de m’échapper mais pendant l’étape je sentais que j’avais bien récupérer du raid de la veille et j’ai voulu anticiper un éventuel coup de bordure, pour aider les copains si besoin. Si le peloton me laissait assez d’avance, je me serais livré à 200% à 20 kilomètres de l’arrivée, ça n’a pas été le cas. C’est très particulier d’être seul à l’avant, dans cette situation ce n’est pas moi qui décide mais les poursuivants. Au bout, j’ai cette petite récompense avec le prix de la combativité, c’était un vrai plaisir de monter sur le podium. J’ai vécu un début de Tour extraordinaire, je n’oublierais jamais ce passage en Bretagne et les 40kms seul à l’avant de la course. Il faut savoir profiter de ces moments même si je n’oublie pas notre objectif principal, amener Warren Barguil dans les meilleures dispositions pour jouer une victoire d’étape. »

Maxime Moulin

 

Laisser un commentaire