1. Philippe Coutinho, milieu de terrain, Brésil

 

On aurait presque été décu de ne pas voir le métronome du Barça plus longtemps. Car si Neymar est passé à côté de sa coupe du monde, son coéquipier et ami a lui brillé de mille feux et justifie amplement les espoirs barcelonais. Avec deux buts et une passe décisive, il a su aussi briller aux avants poste, notamment contre la Serbie ou il a maitrisé à lui tout seul la charnière Matic-Milinkovic Savic. On veut en voir plus, et il semble prêt.

 

  1. Diego Godin, défenseur, Uruguay

 

Cette année, seul l’Uruguay n’a pas encaissé de buts en phase de poule, et parmi les quarts de finalistes, les hommes de Diego Godin sont ceux qui en ont encaissé le moins. Et le défenseur de l’Atlético Madrid n’est pas étranger à cette performance, lui qui a été d’une importance capitale, tant offensivement que défensivement. Petit à petit, il s’est installé dans un rôle de créateur de jeu devant Gimenez pour apporter de la vitesse à cet Uruguay. Une Coupe du Monde brillante pour Godin.

 

  1. Thomas Meunier, défenseur, Belgique

 

« le PSG va devoir montrer qu’il me veut absolument » disait-il dans les colonnes de l’Équipe ce lundi. Et, au vu de sa coupe du monde exceptionnelle et compte tenu de l’état physique et de l’âge de Dani Alves, il est vrai que Meunier peut sans problème prétendre à une place de titulaire. Finalement récompensé d’un but en petite finale, le parisien n’a pas été avare d’efforts pour son équipe, et son absence a pesé contre la France, sur un côté ou Nacer Chadli n’a jamais réussi à inquiéter Hernandez. Sans hésitation le meilleur latéral sur ce mondial.

 

  1. Jesse Lingard, milieu de terrain, Angleterre

 

Clairement, c’est LA surprise de ce top, et de ces demi-finales. Car l’Angleterre a été ennuyeuse à souhait, sur les bases de son 3-4-3 qui ressemblait plus à un 5-2-3 tant Trippier et consorts jouaient bas. Et pourtant, le jeune milieu de Manchester United a souvent su créer des brèches et a montré beaucoup d’envie, récompensé par un but et deux passes décisives. Les anglais auraient pu croire à leur deuxième étoile si ses coéquipiers lui avaient emboité le pas, mais c’est ainsi.

 

  1. Thibaut Courtois, gardien de but, Belgique

 

Hugo Lloris occuperait peut-être cette sixième place s’il n’avait pas tenté ce crochet aussi difficile qu’inutile contre Mandzukic. Mais le gardien Belge, désormais co-recordman du plus grand nombre d’arrêt dans un match de coupe du monde (cf. Tim Howard, USA – Belgique 2014), a brillé pour emmener son pays vers un premier podium de leur histoire, et n’a pas démérité de son titre de meilleur gardien du tournoi décerné par la FIFA

 

  1. Ngolo Kanté, milieu de terrain, France

 

Sans son non-match en finale, ou il a été vite remplacé par N’zonzi, il serait sans doute plus haut. Mais quelle coupe du monde du milieu de Chelsea ! présent partout sur le terrain, il est l’homme qui a remporté le plus de duels dans cette coupe du monde devant Rakitic. Même s’il a été happé par le solide pressing de ce dernier en finale, on lui pardonne parce que sans un Kanté de ce niveau, la France ne verrait pas une deuxième étoile brodée au-dessus de son coq.

 

  1. Raphael Varane, défenseur, France

 

Monté en puissance tout au long du tournoi, Varane a montré un niveau stratosphérique dans les matchs à élimination directe et – et c’est le plus important – s’est affirmé comme le leader de cette équipe de France, tant sur le plan sportif que mental. Son but contre l’Uruguay, ou il prend le dessus sur l’une des meilleurs charnières du monde, est une juste récompense du travail du bonhomme.

 

  1. Eden Hazard, attaquant, Belgique

 

Les détracteurs de l’ancien lillois outre-manche – et ils sont légions – mettent en avant le fait qu’il n’est jamais là dans les grands moments. Il les a fait mentir en beauté durant trois semaines ou il a porté la Belgique très haut, lui qui a été élu deuxième meilleur joueur de ce mondial. Trois buts, dont un bijou contre la Tunisie, et un futur départ vers le Real Madrid : l’année 2018 a été fructueuse pour le diable rouge.

 

  1. Kylian Mbappé, attaquant, France

 

On en fait peut-être beaucoup avec notre Kylian, mais quand on le voit jouer, pense-t-on vraiment qu’il n’a que 19 ans ? son style de jeu est à l’image de sa carrière ; tout va trop vite sans qu’on s’en aperçoive. Deux fois champion de France, demi-finaliste de la Ligue des Champions et maintenant sur le toit du monde : le français est LA star de la planète football aujourd’hui.

 

  1. Luka Modric, milieu de terrain, Croatie

 

Il n’arrivait pas à masquer sa déception au moment de se voir remettre son trophée. Pourtant, il serait malhonnête de dire qu’il n’était pas mérité, au vu du niveau surhumain affiché par le maestro du Real, qui n’a jamais semblé marqué par la fatigue. Du début à la fin, il a rayonné sur les milieux adverses, et même face à l’équipe de France, malgré la défaite, il pourra se réconforter en se disant qu’il a réussi à prendre le meilleur sur Blaise Matuidi et Ngolo Kanté.

 

Ils auraient pu y être : Harry Maguire (Angleterre), Antoine Griezmann (France), James Rodriguez (Colombie), Ivan Rakitic (Croatie), Lucas Hernandez (France), Takashi Inui (Japon)…

Laisser un commentaire