La récente et jeune médaillée mondiale et vice-championne d’Europe au lancer de marteau, Alexandra Tavernier, est actuellement à la recherche d’un stade qui pourrait l’accueillir ainsi que les installations nécessaires à sa discipline depuis que la commune de Lannion en Bretagne a démonté les siennes. C’est en cherchant proche de chez elle, pour éviter les déplacements trop longs et l’accumulation de fatigue, que la commune de Ploumilliau a accepter de lui prêter un terrain. Mais une cage de marteau coûte excessivement cher, elle a donc lancé une cagnotte en ligne (fonds espérés : 50 000 euros) afin de pouvoir acheter et payer la main d’œuvre pour construire une aire de lancer. Des conditions importantes, nécessaires pour celle qui prépare les prochains J.O de Tokyo en 2020 ainsi que d’autres compétitions internationales pour l’année 2019. Cette histoire peut sembler rocambolesque en vue de son statut et de son palmarès déjà important pour son âge (24ans) mais résume bien la pauvre place qu’occupe le lancer dans l’athlétisme français de nos jours.

Loin d’être un sport réputé pour ses revenus exorbitants l’athlétisme a connu de nombreux cas similaires où des athlètes de l’équipe de France (de diverses disciplines) ont lancé des cagnottes en ligne afin de financer leurs projets sportifs et s’entraîner dans de meilleures conditions.

(Pour ceux qui veulent participer au projet d’Alexandra Tavernier vous pourrez trouver sa cagnotte en ligne sur le site leetchi.com ou via ce lien : https://www.leetchi.com/c/financement-cages-de-lancer)

 

Paul Del Medico

Laisser un commentaire