Les Bucks, parfaitement menés par le trio Antetokounmpo/Brogdon/Bledsoe, ont donné une leçon aux Warriors à l’Oracle Arena pour l’emporter de 23 points (134-111).

Milwaukee réalise un superbe début de saison, et ce test face aux Warriors pouvait leur permettre de s’afficher comme un client sérieux dans la conférence Est. Mission accomplie pour les Bucks du Greek Freak, et avec la manière en plus !
En début de match, les Warriors semblent bien, et dans leur style caractéristique, prennent les commandes du match. Klay Thompson trouve la mire et les Dubs forcent Mike Budenholzer à prendre un temps-mort. A partir de ce moment là, les deux équipes vont radicalement changer de visage. Les Bucks vont augmenter leur intensité défensive et, en l’absence de Draymond Green pour les Warriors, appuyer là où cela fait mal : la raquette. Golden State va alors se mettre à bafouer son basket, dans le sillage de leurs deux leaders catastrophiques toute la soirée (17 points pour Durant et 10 points à 0/4 à 3 pts pour Curry).
Milwaukee va aisément prendre les devants dans le deuxième quart temps. Bledsoe est sur une autre planète (26 pts 6 passes à 10/12), Giannis fait du Giannis (24 pts 9 rbds). Ils sont très bien accompagnés par Brogdon (20pts) et le facteur X Pat Connaughton en sortie de banc (15pts).
À la mi-temps, Milwaukee mène de 13 points et décide au retour des vestiaires d’enfoncer encore un peu plus les Dubs. Les jeunes Bucks agressent le cercle, et leur énorme défense asphyxie Golden State qui perd un nombre incalculable de ballon (18 au total), offrant des points faciles en transition. Un 20-5 va littéralement plier le match, et l’écart continuera d’augmenter pour atteindre les environs de 30 points. Pour couronner le tout coté Warriors, Curry se blesse aux adducteurs, et quitte ses coéquipiers pour rejoindre les vestiaires. Le 4ème quart se transforme en Garbage time (aucun enjeu et aucun titulaire sur le parquet), et les Bucks l’emportent en patron 134-111.

Pour les Warriors, c’est tout simplement l’une des plus cinglantes défaites à domicile de l’ère Kerr, et la soirée ne pouvait être pire avec la sortie sur blessure de Curry. Pour les Bucks en revanche, cette victoire montre les signes d’une équipe ayant gagné en maturité depuis les derniers play-offs, capable de battre n’importe qui, et qui n’est surtout plus aussi dépendante de Giannis qu’auparavant. Ils seront maintenant attendu au tournant par les autres formations et peuvent parfaitement regarder les Raptors où encore les Celtics dans les yeux, avant de peut être retrouver les Warriors en Juin prochain.
Prochain rendez vous pour les deux équipes : face au Clippers samedi pour les Bucks, et le même jour face aux Nets pour les Warriors.

Benjamin Le Bail

Laisser un commentaire